Introduction

Notre agence étant implantée dans le Namurois, nous souhaitions revenir sur les numéros et contacts nécessaires en cas d’urgence dans la région.

Pompiers — Zone de secours Nage

En cas d’urgence, appelez le 112 (excepté pour les nids de guêpes 081 32 52 82)

Depuis le 1er janvier 2015, la zone NAGE assure les services de secours pour les communes d’Andenne, Assesse, Eghezée, Fernelmont, Gembloux, Gesves, La Bruyère, Namur, Ohey et Profondeville.

Au total, ce sont plus de 300 pompiers, 130 professionnels et 180 volontaires, qui assurent ensemble la sécurité des citoyens de ces 10 communes.

La réforme de la sécurité civile a été décidée au niveau fédéral juste après la catastrophe de Ghislenghien, ceci dans le but de rassembler les services régionaux d’incendie par zone pour accroître la sécurité de tous, mutualiser les coûts et uniformiser le statut et la formation des pompiers. La Belgique compte à présent 34 zones de secours. L’acronyme NAGE est composé de la première lettre des communes sur lesquelles un poste de secours est installé, à savoir Namur, Andenne, Gembloux et Eghezée.

Prévention incendie

L’autorité administrative sollicite la zone de secours pour obtenir un rapport de prévention incendie dans le cadre d’une décision à prendre par l’autorité administrative, en matière d’urbanisme, attestations, autorisation d’exploiter, attribution de subsides, fermeture d’établissement…

Dans certains cas, le dossier est traité par le service Urbanisme ou autre service partenaire d’un événement… qui consulte automatiquement la zone de secours. Dans ces cas, il est inutile de remplir de formulaire.

Dans les cas où votre demande ne doit pas transiter par un service particulier de la Ville, vous pouvez introduire votre demande par le biais du formulaire repris ci-dessous. Il s’agit souvent des visites de contrôle dans le cadre d’un dossier déjà ouvert à la Ville et à la Zone de Secours.

Dans le cadre où votre demande consiste en une consultation de la zone de secours en vue d’obtenir un renseignement informel, il y a lieu de consulter le site de zone-nage.be (où vous trouverez le formulaire d’avis de prévention) et de ne pas remplir le formulaire repris ci-dessous.

► Remplir le formulaire en ligne

Police locale

En Belgique, on compte 195 Corps de Police locale depuis la fusion des ex-Polices communales et des ex-brigades de Gendarmerie. Il existe des Zones de polices qui couvrent plusieurs communes (zones de police pluricommunales) ou une seule ville ou commune (zones de police monocommunales) comme c’est le cas de Namur.

Sous l’autorité du Bourgmestre, c’est le Chef de Corps qui est responsable de l’exécution de la politique policière locale. Il assure également la direction, l’organisation et la répartition des tâches au sein de son Corps de police.

Missions de la Police locale

  • Le travail de quartier
  • L’accueil
  • L’intervention
  • L’assistance policière aux victimes
  • La recherche et l’enquête locales
  • Le maintien de l’ordre public + la Circulation

Règlement général de police — RGP

(voir lien)

Police fédérale

  • Zone de police fédérale

    Rue de l’Arsenal, 14
    5000 Namur
    +32 (0) 81 25 62 09
    +32 (0) 81 25 62 93 (fax)
    Police

La police fédérale comprend un Commissariat général et trois Directions générales (DG police administrative, DG police judiciaire, DG ressources et information), lesquels se composent de directions et de services centraux et déconcentrés. Elle assure, sur l’ensemble du territoire belge, dans le respect des principes de spécialité et de subsidiarité, les missions spécialisées et supralocales de police administrative et de police judiciaire, ainsi que des missions d’appui aux polices locales (zones de police) et aux autorités de police.

C’est le Gouverneur de la Province qui est l’autorité administrative et officier de police administrative sur le territoire de la province.

Gardiens de la paix

Paix

La création et l’organisation d’un service de gardiens la paix est prévue par la loi, de manière générale, ils assument toutes les fonctions publiques de sécurité non policières. En outre, ils sont facilement reconnaissables grâce à un vêtement de travail uniforme.

NB : les gardiens de la paix n’ont pas de compétence policière et n’ont pas non plus la même compétence qu’un agent de gardiennage privé.

Missions

  • Sensibiliser le public à la prévention de la criminalité
  • Informer les citoyens afin de garantir le sentiment de sécurité
  • Informer et signaler aux services compétents des problèmes liés à la sécurité, l’environnement et la voirie
  • Informer les automobilistes du caractère gênant ou dangereux de leur stationnement fautif
  • Sensibiliser les automobilistes au respect du règlement général sur la police de la circulation routière et à l’utilisation correcte de la voie publique
  • Aider à assurer la sécurité de la traversée d’enfants, d’écoliers, de personnes handicapées ou âgées
  • Porter à la connaissance de la police locale tous les faits qui constituent un crime ou un délit
  • Exercer la surveillance de personnes en vue d’assurer la sécurité lors d’événements organisés par les autorités
  • Avoir une présence dissuasive en vue de prévenir les conflits entre personnes, en incluant l’intervention non violente en cas de constatation de conflit verbal entre personnes
  • L’accompagnement d’enfants scolarisés qui se déplacent en groupe à pied ou à vélo, de leur domicile à l’école et inversement

Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention — PSSP

Le plan stratégique de sécurité et de prévention émane du SPF Intérieur, est pluriannuel (2014-2017) et est coordonné localement par la Fonctionnaire de Prévention, l’Évaluatrice interne et le Coordinateur administratif et financier.

Le Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP) se traduit par les actions menées par la Ville et ses partenaires qui permettent de prévenir, détecter et limites des actes et des comportements qui perturbent la vie en société et qui induisent un sentiment d’insécurité.

Ces actions ont pour objectif d’améliorer la sécurité et le sentiment de sécurité des Namurois et de contribuer à un cadre de vie agréable et sécurisant.

Actuellement, le Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention Namurois s’articule autour des phénomènes suivants :

  • Nuisances publiques liées à l’usage de drogues
  • Nuisances sociales
  • Violence en milieu scolaire
  • Violence juvénile
  • Violences intrafamiliales
  • Violences entre partenaires
  • Vols à la tire
  • Vols de et dans véhicules
  • Sécurité routière
  • Incivilités sanctionnées administrativement (SAC)
  • Radicalisation violente

Ces phénomènes ont été identifiés par le Diagnostic local de sécurité, lequel identifie les phénomènes locaux qui posent problème et permettent d’orienter les actions menées dans le cadre du PSSP.

Domaine public & sécurité

Gestion des demandes de manifestations culturelles, sportives ou festives, d’occupation temporaire à des fins commerciales, d’affichage, de distribution, de placement de containers ou d’échafaudage.

Il traite également les demandes de réservations de stationnement et la délivrance d’autorisations pour tout ce qui a trait à l’espace public. Enfin, le service édite les règlements complémentaires et arrêtés de police concernant la circulation routière.

Missions

  • Assurer la gestion du domaine public dans le cadre de demandes :
  • Intervenir en matière de police de la circulation routière et de stationnement
  • Contrôler le respect de la réglementation par les entreprises de taxis (examen pour obtention du certificat d’aptitude des chauffeurs, renouvellement des autorisations d’exploitation de service de taxis [tous les 5 ans]…)
  • Traiter l’ouverture des débits occasionnels de boissons fermentées et spiritueuses
  • Prendre part à la planification d’urgence et d’intervention
  • Être le relais entre le citoyen et le Service public de Wallonie en ce qui concerne les calamités (collecte de doléances des citoyens et aide dans le suivi de leur dossier)
  • Gérer les activités ambulantes, en dehors des marchés publics
  • Veiller au suivi des demandes de prévention incendie
  • S’occuper de diverses matières éparses (exploitation de jeux de hasard de classe 2…)
  • Intervenir en cas de troubles en matière de salubrité, de sécurité et de tranquillité publiques (immeubles menaçant ruine, établissements troublant l’ordre public…)

Plan d’urgence

En cas de réelle urgence, merci de composer uniquement le 112

Découvrez l'app 112 BE

Bon à savoir : il existe une application pour les cas d’urgence, gratuite et disponible sur les différentes plateformes de téléchargement (smartphone ou tablette) : 112 BE
Cette application vous permet d’enregistrer des données de base telles que votre groupe sanguin, problèmes de santé connus, coordonnées, etc. Très utiles, en cas de besoin les services d’urgence ont déjà grâce à cette inscription préalable des infos précieuses à disposition pour mieux intervenir. Plus d’infos : https://www.sos112.be

Soyez alerté en situation d’urgence ave BE-Alert

Bon à savoir : une application vous permet d’être informé en situation d’urgence, inscrivez-vous (messages reçus et inscription gratuite), vos données seront utilisées pour vous informer en cas d’urgence. Plus d’infos et inscription : http://be-alert.be

Le Plan communal d’Urgence

Depuis l’arrêté royal du 16 février 2016, qui faisait suite à la catastrophe de Ghislenghien, chaque commune a l’obligation d’élaborer un plan général d’urgence et d’intervention (« PGUI »).

Ce « plan d’urgence » a pour premier objectif d’optimaliser la coordination des services (ou « disciplines ») appelés à intervenir en cas de situation de crise : les pompiers, les services médicaux et psychosociaux, la police, mais également les services logistiques (qu’ils soient communaux, de la Protection civile ou encore de la Défense) et la communication.

Il existe également, en fonction de l’ampleur d’une crise ou du type de crise, des phases provinciales ou fédérales.

L’A.R. du 16 février 2006 relatif aux plans d’intervention et d’urgence et ses circulaires NPU1 à NPU4 ont défini le rôle et les responsabilités des communes en matière de planification d’urgence.

► Lire la suite

Bureau des sanctions administratives communales

La loi du 24 juin 2013 relative aux sanctions administratives communales a pour objectif de permettre aux communes de lutter plus rapidement et plus efficacement contre des incivilités commises sur leur territoire, mais aussi contre la « petite criminalité » et ainsi de promouvoir le respect dans la société.

Le Fonctionnaire sanctionnateur peut sanctionner de manière proportionnée des comportements considérés comme peu graves, mais perçus dans la vie quotidienne comme particulièrement dérangeants.

Missions

  1. Sanctionner des comportements susceptibles de troubler la propreté, la salubrité, la sécurité ou la tranquillité publique reprise dans son Règlement général de police (sous réserve éventuelle d’augmentation, amende pouvant aller jusqu’à 250 €).
    Exemples : consommer de l’alcool sur la voie publique, en dehors des terrasses et évènements autorisés ; souiller la voie publique, en ce compris y uriner, y cracher, y jeter des mégots, des chewing-gums, des canettes ; ne pas tenir son chien en laisse sur la voie publique ; ne pas ramasser les déjections de son animal ; ne pas indiquer le loyer et les charges éventuelles sur les annonces, affichettes… de mise en location ; dépôt anticipé ou tardif de sacs, sans respect du jour et des heures fixées par le Règmement général de police…
  2. Sanctionner des infractions mixtes énumérées dans le protocole d’accord conclu entre la Ville et le Procureur du Roi et annexé au RGP et ainsi éviter un éventuel classement sans suite du parquet (amendes pouvant aller jusqu’à 250 €)
    • Coups et blessures volontaires
    • Injures
    • Destruction ou mise hors d’usage de véhicules
    • Destruction de tombeaux
    • Vol simple (notamment les vols à l’étalage)
    • Graffitis
    • Dégradation de propriétés immobilières ou mobilières
    • Abattage méchant d’arbres
    • Destruction ou dégradation de clôtures
    • Tapage nocturne
    • Voies de fait ou violences légères
    • Port de masque ou dissimulation
  3. Sanctionner des infractions relatives à l’arrêt et au stationnement. Les véhicules stationnés en infraction représentent non seulement une entrave à la mobilité, mais menacent également la sécurité et la qualité de vie dans les centres urbains et les communes (amendes de 58 et 116 € en fonction de la catégorie d’infraction).
    Exemples :

    1. Infractions de 1ère catégorie (amende 58 €) : stationnement en zone résidentielle en dehors des espaces réservés à cette fin ; stationnement en zone piétonne ; arrêt ou stationnement à droite par rapport au sens de la marche, sauf si la chaussée est à sens unique ; interdiction de stationner à moins de 15 mètres de part et d’autre d’un panneau un arrêt d’autobus ; modification du disque bleu avant de quitter l’emplacement ; stationnement plus de 24 h d’un véhicule hors d’état de circuler ; stationnement sur les marques blanches définies à l’article 77.5 de l’A-R du 1er/12/1975 qui délimitent les emplacements que doivent occuper les véhicules…
    2. Infractions de 2ème catégorie (amende 116 €) : stationnement sur les trottoirs, les pistes cyclables, les passages pour piétons, dans les tunnels, dans le haut d’une côte et les virages ; stationnement aux endroits où les piétons et les cyclistes et les conducteurs de cyclomoteurs à deux roues doivent contourner un obstacle, aux endroits où la largeur du passage libre sur la chaussée serait réduite à moins de 3 mètres ; stationnement sur un emplacement pour handicapé sans être détenteur d’une carte…
  4. Sanctionner des actes de délinquances environnementales (amende de 50 € à 100 000 €)
    • Dépôt (abandon) de déchets
    • Incinération de déchets
  5. Sanctionner des infractions au décret relatif à la voirie communale (décret du 06/02/2014)

Plus d’infos sur la législation ?

Namur vue citadelle

Annuaire de la province de Namur

Vous ne trouvez toujours pas ce que vous recherchez ? Utilisez l’annuaire de la province de Namur.

► Cliquez ici

Sources

Toutes les données rédigées dans cet article prennent leur source depuis le site de la ville de Namur.

Ville de Namur